Le webdesign comme arme marketing

le webdesign en marketing

Le design web a pour but de donner une identité à une marque et/ou d’habiller son site internet en fonction. Mais l’étape de design n’est pas purement esthétique, bien que cela en dérange certains : elle est également une partie de la stratégie marketing, puisque par ses formes et couleurs, le site va guider l’internaute dans sa navigation pour l’amener là où on le souhaite.

Réfléchir à la structure du site

Vous l’avez surement remarqué, tous les sites internet partagent des points communs dans leur structure, notamment en ce qui concerne les éléments les plus importants. Le logo est ainsi toujours à gauche en haut du site, le panier des achats toujours à droite, les menus pour affiner la sélection à gauche (dans les sites de e-commerce)… Tous ces éléments ne sont pas arrivés là par hasard : leur position est réfléchie par rapport à notre sens de lecture, qui suit la forme d’un Z. C’est bien évidemment schématique, et cette première lecture se fait inconsciemment, mais elle se fait quand même. C’est pour cela que, dans un mail ou une lettre, les choses qui sont lues en premier sont l’expéditeur, la signature et le PS, raison pour laquelle ce dernier contient souvent une information importante, car l’expéditeur sera sûr qu’il est bien lu. Tout cela a été prouvé scientifiquement, et nous parlons bien évidemment du cadre marketing : si vous recevez une lettre d’un ami en vacances, vous la lirez en entier et avec attention, ce qui n’est pas le cas du mail promotionnel présent dans votre boite de réception !

Le webdesigner participe donc à la structuration du site en plaçant les éléments à la place qui sera la meilleure, puis les embellis comme il le souhaite. Toutefois, la logique de marketing est bien présente : les offres spéciales ou les mentions importantes sur un site e-commerce ne sont pas perdues dans le footer, elles sont mises en avant là où elles seront remarquées.

Les couleurs pour mémoriser et convertir

La psychologie des couleurs et marketing

La charte graphique d’un site passe par le choix d’une palette de couleurs à employer, toutes en accord les unes avec les autres pour un rendu homogène. A ce stade, la démarche est purement esthétique. Mais pour qu’un visiteur sache où aller, il doit être guidé. Cette partie du webdesign est notamment très importante dans le milieu du e-commerce : le visiteur doit devenir un acheteur, il ne doit pas quitter le site sans avoir acheter. Voilà l’idée résumée.

Pour cela, il ne doit pas faire face à un site certes joli, mais où rien ne ressort : si son attention n’est pas captée par quelque chose, il ne faut pas compter sur lui par aller, de lui-même, parcourir les produits pour trouver son bonheur. Clairement, sur un site e-commerce, la navigation de l’internaute est guidée au maximum pour le faire rencontrer les produits que l’on souhaite lui vendre. Là encore, on joue avec l’inconscient, et cet exemple se retrouve parfaitement dans la grande distribution :

  • Saviez-vous que si les rayons high-tech, électroménager, loisir et autres du genre se trouvent toujours à droite à l’entrée du magasin, c’est parce que nous sommes tous tentés d’aller dans cette direction ? C’est naturel, tout le monde a toujours tendance à aller à droite lorsqu’il arrive quelque part, des études l’ont prouvé. Et si ces fameux rayons sont au début du magasin, c’est pour que les clients soient davantage tentés d’acheter des choses « inutiles » : s’ils se trouvaient en bout de magasin, bien peu de personnes se laisseraient tenter par un DVD alors que leur caddy est déjà plein à craquer de provisions.
  • Et dans les rayons, saviez-vous que les marques payent pour que leurs produits se trouvent à hauteur du regard, parce que personne ne regarde instinctivement vers le bas ? Vous remarquerez alors que dans la majorité des cas, les marques les plus connues sont à hauteur d’yeux, et que les MDD (marques de distributeurs) occupent bien souvent les étages les plus proches du sol.

Bien évidemment, que ce soit sur un site ou dans un magasin, ces techniques ne marchent pas sur tout le monde et ne forcent pas les gens à acheter : si vous venez pour acheter des pommes, vous n’êtes pas obligé de tourner à droite à l’entrée et de regarder les nouveaux téléviseurs ! La démarche est beaucoup plus subtile, mais terriblement efficace.

Dans tous les cas, pour orienter les visiteurs, si la forme importe beaucoup pour qu’ils distinguent les éléments importants, un autre critère va attirer leur attention : la couleur. Et pour que la couleur attire, elle doit se voir ! Voici un exemple :

  • Ferrari
  • Porsche
  • Audi
  • Lamborghini
  • Dacia
  • Jaguar
  • Bentley

Si l’on vous demandait quelle marque avez-vous retenue dans cette liste, quelque temps après la lecture, Dacia ressortirait le plus souvent, car elle est écrite dans une couleur qui se démarque des autres. Cette expérience, menée en 1933 par la psychiatre Hedwig von Restorff (mais pas avec des marques de voitures) a démontré que l’on était plus sensible à des éléments se détachant des autres. Pour revenir à notre palette de couleurs utilisée pour le site, il est donc très important d’en posséder une seconde, avec des couleurs se démarquant radicalement des premières, et qui serviront à habiller les éléments importants : le prix, un bouton « ajouter au panier » ou « profitez-en » pour rediriger vers une offre, la liste des avantages d’un produit,… Tout élément incitant à l’achat adoptera alors cette couleur distinctive.

Alors, oui, le design est un outil marketing et au combien original et beau puisse être un site, il ne doit jamais oublier qu’il est destiné à être parcouru, vu et lu, et que l’optimisation de la navigation des internautes est la clé pour que ces derniers y restent et y reviennent. Si, bien évidemment, tous les sites n’ont pas besoin de mettre en avant des tonnes d’informations et que leur but n’est pas de vendre, il est très important de savoir comment faire passer un message, quel qu’il soit.

6 choses à vérifier avant de lancer un site

Publier un site internet

Alors ça y est ? Vous avez travaillé des semaines sur votre blog, votre site ou votre boutique en ligne, et vous êtes maintenant prêt à le lancer en pâture aux millions d’internautes avides de découvrir ce que vous avez à leur proposer ! Mais avant l’ouverture officielle, avez vous pensé à tout ? Il se peut en effet qu’avec l’enthousiasme débordant dont vous faites preuve à ce moment précis vous oubliez quelques petites choses pourtant bien évidentes.

Je vous propose dans cet article une petite check-list de 6 choses à vérifier avant de vous lancer dans l’arène.

1. Disclaimer/mentions légales/conditions générales de vente et formulaire de contact

Croyez le ou non, il y a des gens qui lisent les mentions situées tout en bas de votre site. Lorsqu’il s’agit de vente de biens ou de services, les clients seront bien souvent interessés de lire quelles sont vos conditions générales de vente, et pourront même juger du sérieux de votre activité en consultant celles-ci. De même, certains internautes sont curieux de savoir qui se cache derrière votre blog, ou qui l’heberge, deux types de renseignements qui doivent se retrouver dans les mentions légales. Celles-ci étant d’ailleurs obligatoires dans de nombreux pays. Il est donc indispensable de faire figurer ce type d’informations sur votre site, et d’accorder un soin particulier à la rédaction de celles-ci. A ce titre, je préfère d’ailleurs toujours consulter une personne de référence (un avocat par exemple) plutot que de copier ou d’adapter des versions types ou trouvées sur le site de vos concurrents.

De même, vérifiez que toute personne désirant vous contacter sera à même de le faire. Mentionnez clairement une adresse email, testez aussi votre formulaire de contact pour voir s’il est opérationnel, et munissez vous de tous les outils anti spam disponibles (captcha, Askimet pour les commentaires, etc…)

2. Réseaux Sociaux et Flux RSS

Quels que soient les moyens de promotion que vous désirez utiliser, il est indispensable de recourir à la promotion de vos articles ou vos produits via les réseaux sociaux. A ce titre vous devriez par exemple inclure des boutons sociaux sur vos pages de contenu pour permettre à vos visiteurs de partager telle ou telle page, implémenter un open graph protocol ou certains widgets sociaux en fonction de vos différents contenus. Ne vous concentrez pas uniquement sur le duo Twitter/Facebook, d’autres réseaux sociaux pourraient également être adaptés en fonction de votre niche. De plus, je vous conseille fortement de vous inscrire sur la plupart des médias sociaux avant l’ouverture du site, même si vous ne comptez pas en utiliser certains, cela évitera qu’un petit malin s’inscrive sur ceux-ci avec votre marque.

N’oubliez pas non plus de permettre à vos visiteurs de s’abonner à votre flux RSS, de façon à leur permettre de rester au courant de l’actualité de votre site (nouveaux produits, nouveaux articles, nouveaux contenus,…). Ajoutez y la manière, en personnalisant par exemple la présentation du flux (en y ajoutant une image par exemple).

3. SEO : optimisations pour moteurs de recherche

Même si vous visez d’autres sources de trafic, vous devrez optimiser vos pages pour les moteurs de recherche. Cette optimisation passera par un travail on-page et off-page. Il y a plusieurs raisons à cela. La principale est le branding. Les visiteurs ayant vu ou entendu parler de votre marque devront trouver votre site en 1ère place dans les résultats de recherche. En outre les choses vont vite sur Internet, et si votre site rencontre du succès il risque bien de se retrouver copié par des concurrents. Il importe donc de se positionner sur sa marque au risque de voir quelqu’un d’autre y parvenir et voler votre trafic et votre notoriété.

4. Vitesse de chargement du site

Peu de personnes accordent de l’importance à la vitesse de chargement des pages alors que ce point est essentiel. En effet, les internautes sont par nature impatients et un site trop lent les fera fuir ou diminuera fortement leur user experience. J’utilise personnellement Google Page Speed et Yslow pour évaluer et optimiser mes sites.

5. Newsletter

La newsletter est un outil très performant pour fidéliser vos visiteurs et augmenter vos profits. Elle est en plus très simple à mettre en place (je vous conseille le service de Mailchimp) alors pourquoi s’en priver ? Evitez par contre d’inonder les boites mails de vos abonnés, au risque de voir ceux-ci se désabonner aussitôt. En fonction de votre thématique, envoyez entre une et quatre newsletters par mois.

6. Statistiques

Avoir un outil qui analyse et traque vos visiteurs est indispensable. En plus d’obtenir une foule de renseignements bien utiles à propos de ceux-ci, il vous permettra de savoir également d’ou ils viennent et vous aidera à déterminer quels sont les outils et les moyens de promotion qui fonctionnent le mieux pour votre niche. Par contre, essayez de ne pas les consulter 10 fois par jour pour voir si vous avez gagné 10 visiteurs, cela pourrait s’avérer finalement comme une source de démotivation ! Pensez par exemple à installer le code de Google Analytics, couplé à Google Search Console. (Pour les plus paranos qui ne voudraient pas être traqués par Google, vous pouvez utiliser Piwik.)

Conclusion

Si vous pensez qu’il suffit de construire un site pour attirer des visiteurs vous vous trompez. Vous devez mettre en place une stratégie : fixez vous un nombre d’articles à mettre en ligne par jour (ou par semaine, ou par mois), préparez des articles à l’avance pour honorer cet objectif, définissez des deadlines pour passer aux étapes suivantes,… Bref, prévoyez d’avoir toujours quelque chose à faire ! Vous aurez besoin de faire cela avant la sortie du site pour amener vos blogs vers les sommets.

Cette liste n’étant pas exhaustive, si vous voyez des points à y rajouter, n’hésitez pas à laisser un commentaire !